RER D : en Lari, elle se vante de faire chanter l’hymne national à son époux excité au lit

 

 

Il y a des femmes traînant un passé bourré de déceptions amoureuses, qui se plaisent bien à le faire payer à leurs conjoints actuels. C’est le cas d’une congolaise qui racontait à sa copine dans le RER D de faire chanter l’hymne national du Congo ( la congolaise) à son conjoint dans la chambre, quand celui-ci est follement excité. «  Si tu veux que je te donne mon corps chante d’abord la congolaise en position de soumission »

Le RER D , en provenance de la ville de Corbeille Essonne venait juste de quitter la gare de Grigny quand un jeune congolais s’est senti gêné de la discussion entre deux femmes en langue Lari.

Se croyant au milieu des étrangers, l’une des femmes tentait de faire avaler à l’autre de ne jamais se laisser faire par son conjoint. «  On est en France ici, et peu importe qu’il t’ait fait venir, tu dois revendiquer tes droits et dire Non quand il le faut ».

La congolaise, apparentant la quarantaine et au visage meurtri pas les produits éclaircissant insistait à son interlocutrice que la France était un pays des femmes, d’où elle pouvait bien se passer de on conjoint.

« Chez moi, Ya Bertin (son mari) exécute tout ce que je dis, sinon il dort sur le canapé..Figure toi que grâce à moi il a appris l’hymne national du pays, qu’il entonne à mon indiscrétion »

Selon cette congolaise, à chaque fois que son mari est dans le besoin sexuel, elle lui exige de chanter l’hymne national du Congo avant de céder. Un comportement qu’elle attribue à toutes les déceptions amoureuses dont elle a été victime. Plein de courage pour ce Ya Bertin, obligé de chanter la congolaise pour avoir le droit de monter sur sa propre femme.

Espoir Tumba

Catégories Diaspora

Laisser un commentaire