«Femmes indignes»: La justice enquête sur un groupe Facebook sexiste réunissant 56.000 hommes




Le groupe Facebook « Femmes indignes » réunissait des milliers d’hommes qui partageaient entre eux des photos de femmes nues, avec des commentaires violents et injurieux

  • Dans un groupe Facebook secret réunissant 56.000 hommes, les membres publiaient des photos de femmes nues dégradantes.
  • Sur ce groupe, les femmes y sont systématiquement qualifiées de « LV » pour « lave-verge » ou « lave-vaisselle ».
  • La brigade de répression de la délinquance sur la personne (BRDP) a été saisie dans le cadre d’une enquête pour « injure à caractère sexiste » et «incitation publique à la violence en raison du sexe».

Dans leurs messages, les femmes ne sont jamais des femmes. Elles sont des « chiennes », des « escabeaux », des « LV » pour « lave-verge » ou « lave-vaisselle », des « salopes » ou des « trous ». Ces propos injurieux, misogynes et violents ont été capturés dans un groupe Facebook secret réunissant 56.000 hommes. Intitulé « Femmes indignes 6.0 résurrection », ce groupe interdit aux femmes n’était accessible qu’aux internautes cooptés par ses membres.

Ce « cercle » privé hébergé puis supprimé par Facebook est aujourd’hui dans le viseur de la justice. Le 29 mars 2018, une plainte a été déposée par le Collectif féministe contre le viol. Selon nos informations, une enquête préliminaire pour « injure publique à caractère sexiste » et « incitation publique à la violence en raison du sexe » a été ouverte dans la foulée par le parquet de Paris. Confiée à la brigade de répression de la délinquance sur la personne (BRDP) de la police judiciaire, l’enquête a été clôturée et retournée au parquet qui doit maintenant l’analyser.

Un registre ultra-violent

Début 2017, le groupe secret « Femmes indignes 6.0 résurrection » comptait près de 56.000 internautes. Objectif de ses membres : partager des photos intimes, de femmes ou de jeunes filles pour les humilier. Le registre utilisé est toujours le même: soit les hommes incitent ouvertement à la violence contre les femmes, soit ils les réduisent à un objet sexuel ou ménager. L’emploi du terme « LV » pour « lave-verge » ou « lave-vaisselle » est quasi-systématique.

Extrait d'une conversation postée sur le groupe.
Extrait d’une conversation postée sur le groupe. – H.Sergent/20Minutes

Sur les centaines de captures d’écran consultées par 20 Minutes, on peut voir des photographies, généralement prises de dos, pendant un acte sexuel. Sous ces images, certains membres rivalisent de commentaires violents : « les traces de ceinture que ça mérite un cul pareil putain » écrit l’un d’eux. Un autre lance cette « boutade » : « C’est quoi le point commun entre une LV et la loi ? Dans les deux cas, c’est plus simple de les violer que de les respecter ».

L’image d’une silhouette féminine couverte d’hématomes est accompagnée de ce message : « L’œuvre d’un grand dresseur de LV ça ». D’autres membres ajoutent : « Encore une LV bien dressée », « LV corrigée bien comme il faut » ou « On ne peut qu’applaudir une si belle démonstration de dressage. »

Extrait des commentaires postés sur le groupe.
Extrait des commentaires postés sur le groupe. – H.Sergent/20Minutes

Une autre photo suscite l’approbation des membres. On aperçoit les jambes d’un homme reposant sur le dos d’une femme à quatre pattes: « LV tabouret, pratique le dimanche soir après le foot », commente l’auteur.

Une plainte classée

Contacté par 20 Minutes, un responsable de Facebook révèle que le groupe a été officiellement fermé quelques mois plus tard par le réseau social après plusieurs signalements. La raison avancée par Facebook : « Le groupe secret ne respectait pas nos standards de la communauté en matière de nudité et de pornographie ». Rien en revanche sur le caractère volé des photographies publiées ou sur la violence des propos tenus par les membres.




En novembre 2017, le Collectif féministe contre le viol dépose une première plainte pour « atteinte à l’intimité de la vie privée » et « mise en péril de mineurs ». « La question de la minorité de certaines jeunes femmes se posait », détaillent à 20 Minutes les avocats du collectif, Eric Deprez et Marine Duponcheel.

Dans une conversation par SMS capturée et publiée, un des membres demande à une jeune fille de lui envoyer une photo d’elle. Réponse de l’interlocutrice : « J’ai 12 ans monsieur ». L’homme réplique : « Pas grave coquine, un trou c’est un trou. »

Extrait d'une conversation par SMS reproduite dans le groupe Facebook.
Extrait d’une conversation par SMS reproduite dans le groupe Facebook. – H.Sergent/20Minutes

Une enquête ouverte

Faute d’éléments suffisants sur l’identité des femmes exposées et humiliées dans le groupe, cette plainte a été classée sans suite en février 2018. Mais les avocats persévèrent. Un mois plus tard, une nouvelle plainte est déposée cette fois pour « provocation à la haine ou à la violence en raison du sexe » et « injure publique en raison du sexe ». En mai 2018, la BRDP est saisie de l’enquête par le parquet de Paris.

Mais les investigations ont été compliquées faute d’un retour de Facebook sur l’identité des administrateurs et des membres les plus actifs. « C’est toujours un peu difficile », souffle une source proche du dossier, « la plateforme ne s’est pas manifestée de façon positive. On se heurte au fait que le site soit régi par le droit américain ».

Injure publique ou privée ?

« Jusqu’à présent, quand les juges émettaient des réquisitions judiciaires, ils se heurtaient à un refus de Facebook », confirme Marine Duponcheel. En dehors des dossiers liés à des faits de terrorisme ou à la pédopornographie, l’entreprise américaine se gardait de transmettre aux autorités judiciaires l’identité de ses internautes membres du réseau et visés par la justice. Mais la donne pourrait changer. Le 25 juin dernier, le secrétaire d’Etat au numérique Cédric O a annoncé que Facebook s’engagerait désormais à fournir les adresses IP lorsqu’elles seront demandées par des magistrats français, y compris dans des dossiers liés auxcyberviolences.

Autre difficulté rencontrée dans ce dossier, la notion d’injure « publique » visée par la plainte. Le groupe étant secret et accessible uniquement aux membres acceptés par les administrateurs, les propos qui y ont été tenus sont-ils de nature privée ou publique ? Pour Marine Duponcheel, « à partir du moment où ce groupe compte 56.000 membres qu’aucune communauté d’intérêts ne lie entre elles en dehors d’appartenir tous au sexe masculin, le caractère public des propos devrait être reconnu », estime-t-elle. La peine encourue pour une injure publique à caractère sexiste est de 6 mois de prison et de 22.500 euros d’amende.

Des groupes immortels

Au-delà de l’action pénale, l’avocat Eric Deprez tient à alerter sur l’impuissance de l’Etat et la longévité de ce type de groupes : « Ils se recréent systématiquement. On le voit d’ailleurs avec le chiffre accolé au nom du groupe visé par la plainte, « 6.0 », et le mot « résurrection » qui sous-entend qu’il a été fermé à plusieurs reprises et recréé dans la foulée ».

Une thèse confortée par un autre élément relevé par 20 Minutes. Sur Twitter, un compte « miroir » au groupe Facebook a été créé en juin 2013 et portait le même nom. Dans les messages postés, la référence aux « LV », expression chère aux membres de « Femmes indignes 6.0 » est déjà présente.

Capture d'écran d'un tweet du compte
Capture d’écran d’un tweet du compte – H.Sergent/20Minutes

Le sort des membres du groupe est désormais dans les mains du parquet de Paris. Soit le procureur décide de classer la procédure sans suite, soit il estime que les faits sont suffisamment caractérisés et ouvre une information judiciaire ou il opte pour une citation directe permettant de convoquer directement le ou les auteurs présumés devant le tribunal.

Il y a deux ans, la révélation d’un groupe belge francophone similaire intitulé « Babylone 2.0 » avait suscité l’indignation. A l’époque, Marlène Schiappa, militante féministe, avait appelé sur Twitter la secrétaire d’Etat aux droits des femmes Laurence Rossignol à agir pour « stopper » le groupe. Aucune plainte n’avait été déposée et le groupe avait été fermé par Facebook dans la foulée.

Catégories Monde

Laisser un commentaire