Cameroun : Vente du vin de palme, un business en plein essor




Ebode Vincent vendeur de vin de palme à Mindjomo, dans la Lekié, un quartier périphérique de Yaoundé  Yaoundé ne cache pas sa satisfaction.

« Depuis deux ans que j’ai perdu mon emploi dans une entreprise de bâtiment et travaux publics, je ne vends que le vin de palme et c’est avec ça que je nourris ma famille. Je gagne mieux qu’avant », déclare l’homme de 45 ans.

La vente de vin de palme, (boisson de couleur blanche ou jaunâtre extraite des palmiers Ndlr ) permet à Ebode Ebode Vincent d’assurer un revenu quotidien à sa famille. Il fait des recettes d’environ 8 à 10 mille FCFA correspondants aux 100 litres de vin de palme qu’il vend en moyenne par jour.




« Quand je travaillais comme technicien dans l’entreprise de BTP on me payait 120 mille FCFA par mois mais je n’arrivais pas à résoudre tous les problèmes chez moi. Parfois je n’arrivais pas à payer la scolarité de mes enfants », explique le jeune papa de 3 enfants.

Grâce à la vente du vin de palme Ebode estime son revenu à plus de 300 mille FCFA par mois (soit 450 euros).

Ebode a établi sa réputation en dehors des frontières de Mindjomo. Ses clients viennent parfois du centre ville de Yaoundé.

« Mes principaux clients passent les commandes, et ils viennent surtout ici les dimanches » souffle le jeune homme.

grâce aux revenus de son nouveau business, Ebode dit avoir acheté un terrain de 200 mètres carrés. Il entend quitter la maison familiale et construire une villa pour sa petite famille.

Dans plusieurs quartiers de Yaoundé la vente de vin de palme fait florès.

De nombreux jeunes hommes et femmes se lancent dans le business du vin de palme qui ne demande pas un important capital de départ.

Contrairement aux tenanciers de bars qui sont suivis par les services des impôts, les vendeurs de vin de palme n’ont aucune contrainte fiscale.

Pourtant la consommation de vin de palme attire de plus en plus de consommateurs exigeants sans cesse en quête de produit bio et bon marché.

Le business du vin de palme attire les jeunes sans ressources dans un pays où la consommation d’alcool a atteint tous les pics.

En 2016, la principale brasserie du pays estimait à plus de 650 milliards d’hectolitres le taux de consommation d’alcool au Cameroun.

Armand Ougock, Yaoundé

Laisser un commentaire